01 avr. 2022

Comment se réapproprier le temps de conception du logement ?

Copié !

À retenir…

  • A cause de certaines tâches manuelles répétitives, le temps de production l’emporte souvent sur le temps de conception, confisquant peu à peu à l’architecte le plaisir de dessiner un projet.

  • Ces tâches manuelles sont susceptibles d’occasionner des erreurs qui peuvent avoir un impact considérable au moment du chantier.

  • Chez habx, grâce à la collaboration entre architectes, data scientists et développeurs, certaines tâches répétitives sont désormais déléguées à ces algorithmes.

  • Ces outils n’ont pas pour objectif de remplacer l’architecte, simplement de l’aider afin qu’il puisse recentrer son attention sur ce qui lui importe réellement.

Un métier en flux tendu

Le métier d’architecte appliqué aux domaines d’activités de la promotion immobilière est complexe. Bien souvent, il est soumis à un emploi du temps avec des charges inégales que l’architecte ne maîtrise pas, oscillant entre des moments de travail intense, pendant lesquels il doit produire beaucoup en peu de temps, et des longs moments de calme (projets à l’arrêt, temps d’instruction, etc).

Ainsi, la gestion du temps en architecture est clé. Un projet se construisant sur un processus itératif, il faut faire, défaire, refaire, s’adapter, corriger, reprendre, à l’échelle d’un logement, d’un niveau entier, ou d’une façade. Ce travail répétitif de mise à jour permanente inhérent à la production entraîne des erreurs de dessin, en apparence anodines, mais qui peuvent avoir un impact considérable au moment du chantier. Dans le cas du neuf, il est ainsi commun qu’un client se retrouve à la livraison de son logement avec, par exemple, un placard trop petit pour accueillir un lave linge-standard, une échappée d’escalier mal calculée ou encore une surface de chambre non réglementaire.

Même si avec l’expérience, l’œil de l’architecte est formé à détecter ces erreurs, certaines peuvent échapper à sa vigilance. Car si connaître les règles de conception auxquelles est soumis le logement reste assez simple, vérifier que ces règles sont respectées à l’échelle d’une cinquantaine de logements devient vite compliqué et chronophage.

Bien que capital, le temps de relecture et de correction devient ainsi du temps perdu, dans la mesure où il aurait pu être consacré à une tâche à plus grande valeur ajoutée. Au final, le temps de production l’emporte souvent sur le temps de conception, confisquant peu à peu à l’architecte le plaisir de dessiner un projet.

Améliorer les outils existants

Pour éviter certaines tâches critiques mais redondantes de relecture, il existe évidemment des outils qui apportent des solutions et font gagner du temps. C’est le postulat de départ de certains outils intégrés à Revit ou de, par exemple, certains logiciels de modélisation 3D. Cependant, ces outils sont bien souvent génériques et ne répondent pas nécessairement à certaines problématiques précises auxquelles peuvent être confrontés les architectes.

Dans une optique d’efficience, habx cherche continuellement à améliorer ces outils. En interne, de nouveaux algorithmes sont mis en place pour venir en aide aux architectes dans leur production. Grâce à la collaboration entre architectes, data scientists et développeurs, certaines tâches répétitives qui venaient auparavant parasiter le travail de conception de l’architecte sont désormais déléguées à ces algorithmes.

Les architectes expliquent ainsi aux équipes tech les enjeux architecturaux et les attentes des promoteurs. Ceux-ci mettent ensuite en place des outils qui se doivent être simples d’utilisation, accessibles, et facilement ré-ajustables. Ils peuvent prendre plusieurs formes : des outils d’aide à l’aménagement intérieur, des checkers qui vérifient automatiquement les erreurs les plus communes, ou encore des notifications qui informent en temps réel des remarques de la maîtrise d’ouvrage.

Au cœur de la conception de nouveaux outils chez habx

Généralement, ces outils ont pour objectif de répondre à deux cas de figure.

Le premier concerne les dits “temps parasites” à la conception des logements. Un envoi d’email, un format de mise en page, une vérification, une correction… Ces actions peuvent sembler anodines, mais, mises bout à bout et à l’échelle d’un projet, si elles sont traitées manuellement, sont extrêmement chronophages.

Le deuxième cas de figure intervient lorsque les architectes repèrent des erreurs évitables et récurrentes. Les collisions entre équipements et cloisons - comme une douche qui déborde sur un mur - ou encore des surfaces de chambre trop petites par rapport à la réglementation à cause d’une cloison mal placée sont des exemples parmi d’autres. Lorsque des erreurs de ce type sont identifiées fréquemment, des checkers sont développés par les équipes d’habx qui viennent alerter automatiquement les architectes. Ces derniers reçoivent ainsi une notification les alertant par exemple qu’une chambre ne doit pas faire moins de 9m².

Cependant, aucun de ces outils n’a pour objectif de remplacer l’architecte. Ce sont des assistants discrets, qui sont intégrés à différentes phases du projet : ces algorithmes n’imposent jamais rien, ils viennent juste prévenir qu’une règle n’a pas été respectée, proposer un type d’aménagement, ou encore centraliser une information. L’architecte reste ainsi toujours libre d’évaluer la pertinence de ce que l’algorithme propose, et peut choisir de l’ignorer.

C’est à l’échelle de grands projets que ces nouveaux outils trouvent leur pleine utilité. Ledoux disait que «la vie d’un architecte est si courte qu’il ne peut se permettre d’en gaspiller un seul instant. Il doit rêver la nuit ce qu’il exécutera le lendemain»¹. Grâce à ces solutions, l’architecte va pouvoir recentrer son attention sur ce qui lui importe réellement : le dessin du plan, son confort, ses usages, sa pertinence. Il pourra dessiner en quantité sans s’inquiéter du reste.

¹ Emil Kaufmann, De Ledoux à Le Corbusier, Origine et développement de la structure autonome, Paris, L’Équerre, 1981.

Depuis 2016, habx réconcilie les contraintes des opérationnels de l’immobilier avec les besoins des acquéreurs. Afin de simplifier le quotidien des professionnels et d’augmenter la satisfaction client.

01 avr. 2022
Copié !
© Copyright 2023 — habx, 34 rue Laffitte, 75009 Paris